Jean Paul Korzec

                Auteur & poète/ Writer & poet 
                          














Amour

 

L'amour nous donne la seule importance

La vertu physique, la pulsation

qui naît et se propage

la continuité du corps dans le bonheur

et cette parcelle de mort 

qui nous illumine à nous en rendre noirs

 

Pour moi, pour toi

ce plaisir s'épanouit

comme une rose unique

dans la surdité des faubourgs

Nous nous découvrîmes

dans la rose physique

le feu vibrant, nous nous usons

et nous vivons

 

Des feuilles nouvelles surgissent

les portes se peignent en bleu

une nuée paraît en naïade

et un violon joue sous les eaux

il en va de même partout

c'est le triomphe de notre amour

 












TA LETTRE

 

A demi dissimulée, légèrement en biais,

J'aperçois, au beau milieu d'un amas de papier

La lettre que j'attendais, puis n'attendais plus,

Lassé d'en espérer en vain la venue

 

Mon regard, en reconnaissant l'écriture,

D'une si longue attente met fin à la blessure,

Le beau timbre de collection que j'aperçois dans le coin

A été choisi, me semble-t-il avec soin.

 

Aux battements de mon cœur, heureux et furieux à la fois

Je mesure, quelque peu affolé, l'intensité de mon émoi...

La caressant du doigt et du regard, délicatement, je la pose

Sur un meuble, bien en vue ; car l'ouvrir encore, je n'ose

 

Me repaître de sa présence la contempler  tout à loisir

Attendre quelques instants encore. Juste pour le plaisir !

Car je ne sais quels sentiments obscurs

M'habitent soudain et m'en font différer la lecture

 

Puis, comme un grand vin que l'on s'apprête à déguster

Après avoir accompli un cérémonial, les sens exacerbés

Ma main se tend, mettant fin au délicieux supplice

Je l'ouvre enfin, et vide son contenu avec  gourmandise et délice.